Podcast

Podcast N°1 – Le syndrome de l’imposteur

Les personnes atteintes du syndrome de l’imposteur, appelé aussi syndrome de l’autodidacte, expriment une forme de doute maladif qui consiste essentiellement à nier la propriété de tout accomplissement personnel. Ces personnes rejettent donc plus ou moins systématiquement le mérite lié à leur travail et attribuent le succès de leurs entreprises à des éléments qui leur sont extérieurs (la chance, leurs relations, des circonstances particulières). Source Wikipédia

Il s’agirait d’un syndrome sapant les mécanismes narcissiques et polluant l’existence de la personne qui le subit. 60 à 70 % des personnes douteraient, à un moment ou à un autre de leur carrière, de la réalité ou de la légitimité de leurs succès. Certaines personnes souffrant de ce syndrome sont motivées par l’idée que leurs travaux sont trop simples et évidents pour mériter de l’attention, de l’admiration, un salaire ou des récompenses. Pour d’autres, le complexe de l’imposteur est lié à la peur de réussir et empêche les personnes qui en sont victimes de développer pleinement leur potentiel. Inconsciemment convaincues que leur réputation est usurpée, ces dernières fuient toute possibilité qui leur permettrait d’aller encore plus loin. Ces personnes vivent dans le doute et pensent qu’un jour elles seront démasquées et que quelqu’un fera la preuve de leur incapacité.

Comme je l’explique dans ce Podcast, j’ai moi-même souffert de ce syndrome et il m’arrive encore d’en ressentir certains effets. J’identifie plusieurs causes à l’apparition de ce mécanisme notamment le fait que je travaille actuellement dans une branche professionnelle à laquelle je ne m’étais pas destinée à la base. Mais également le fait que j’ai énormément évoluée en autodidacte depuis, et que je pense qu’inconsciemment face à la pression sociétale, j’ai l’impression en quelque sorte de n’avoir pas de légitimité dans ma profession étant donné que certaines de mes compétences ne relèvent pas d’un « apprentissage » au sens académique du terme. Pourtant actuellement, j’adore mon métier que j’exerce depuis 12 ans. Chaque projet, chaque mission, chaque accompagnement est pour moi un réel bonheur et je m’épanouis vraiment dans ce que je fais. J’ai confiance en moi et en mes capacités ainsi que dans mon expertise. Il m’arrive encore parfois d’avoir des doutes et d’être tentée de retomber dans les travers de ce syndrome. C’est pourquoi j’aimerai vous livrer quelques pistes de réflexion pour sortir de ce cercle vicieux.

 


La première est d’essayer d’arrêter de vous mettre la pression et prendre l’habitude d’identifier les pensées reliées au manque d’estime de soi qui vous conduisent à vous juger aussi sévèrement. Puis pratiquer une auto-critique des ces pensées négatives, par exemple :

  • Ai-je à être un(e) expert(e) du domaine pour prétendre pouvoir faire cette activité ?
  • Quel sera le pire qui puisse arriver si j’échoue ? Est-ce que ce sera vraiment aussi terrible que je le crains ?
  • Les autres ont-ils vraiment les compétences que je m’exige pour faire la même chose ?
  • La perfection existe-t-elle vraiment ? Est-ce réaliste et constructif de toujours vouloir tout faire de manière parfaite sans me tromper ?

Le fait de vous poser ce genre de questions vous aidera à prendre du recul pour diminuer progressivement la pression que ces pensées exercent sur vous.


La seconde consiste à mieux définir votre vision personnelle et vos objectifs à court, moyen et à long terme. Lorsque vous savez où vous désirez aller dans votre vie, vous êtes motivé(e) à atteindre vos objectifs. Plus ceux-ci seront clairs et plus saurez que ce sont les résultats qui comptent, même s’ils ne sont pas parfaits. Quand on adopte le point de vue de la personne qui se réalise, le fait d’être parfait ou de posséder la compétence idéale pour faire quelque chose ne compte plus de la même manière. L’important est d’avancer, pas d’être parfait et c’est d’ailleurs ce qui permet de développer sa confiance.

On découvre que, puisque l’échec n’existe pas, on n’a pas à le redouter : la réalisation d’un objectif n’est qu’un processus entre le point de départ et le point d’arrivée. Les personnes qui ont réussi le plus dans leur domaine se sont souvent concentrées bien davantage à réaliser correctement leurs objectifs et se sont assurées qu’elles avançaient, plutôt que de simplement poursuivre la chimère de la perfection pour pouvoir se donner le droit d’avancer (en se critiquant sans arrêt sur le chemin). Et la plupart du temps, il sera plus important de réaliser une activité qui vous fait avancer en direction de vos objectifs que de tergiverser à savoir si vous avez bien toutes les compétences pour la faire…

En conclusion, ce cercle vicieux qu’est le syndrome de l’imposteur est lui-même une imposture. Un schéma négatif créé par notre cerveau qui sapera toute réussite professionnelle ou personnelle. Avoir une saine confiance en soi et ses capacités ainsi qu’une belle estime de la personne que nous sommes, fuir la perfection et se concentrer sur la réalisation de nos objectifs, sans se préoccuper des erreurs que nous ferons en chemin sont les meilleurs atouts pour vivre une harmonie dans tous les domaines !